News

Date : 26-10-2006
Sujet : Frans Becquet, un artiste méconnu !

Lorsqu’un dessinateur de plusieurs dizaines de timbres de Belgique s’annonce être un descendant direct de Sir Thomas Becket, archevêque de Canterbury au XIIème siècle, on peut s’en étonner.

Lorsque ce dessinateur malinois, à peine cité dans le Catalogue Officiel de Belgique, se révèle être l’auteur du projet et de la composition en 1935 de l’emblématique série "Deuil de la Reine Astrid", on s’en étonnera davantage.

Frans Becquet aura jusqu’à ce jour été quasiment inconnu des collectionneurs d’essais de notre pays.  La raison en est simple, pas un seul dessin original, essai ou épreuve de cet artiste n’est apparu sur le marché et pour cause.
Il semble en effet, que seule la farde-classeur, constituée par le dessinateur lui-même soit l’unique témoin subsistant de ses œuvres en dehors, éventuellement, de pièces conservées en un dépôt d’archives nationales ou dans un musée quelconque, ce qui reste à vérifier.

Les essais durant la période de la guerre 1940-45 sont rarissimes. L'occupant allemand en est principalement la cause puisque les émissions des timbres-poste de cette période s’opéraient sous leur contrôle et leur censure. Les travaux préliminaires de tous les artistes qui ont participé à l’émission de ces timbres semblent avoir été réquisitionnés avec fermeté comme c’est d’ailleurs le cas de nos jours par l’Atelier de Malines.

Depuis la trentaine d’années que nous nous intéressons à la genèse des timbres de Belgique, nous avons constaté qu’on ne connaît que fort peu d’épreuves et d’essais véritables de cette période sombre.  Les essais de la série des Savants, principalement dessinés et gravés par Emile Renard et Maurice Poortman, sont les plus fréquents à rencontrer.

De Jean Van Noten, il ne subsiste qu’une quantité assez variée de merveilleux dessins. Il créa les motifs d’une grande partie des timbres émis durant ces années de guerre, mais aucun essai d’impression est recensé chez les collectionneurs.

Frans Becquet dessina et composa les séries des « Princes européens » et des « Métiers » entre 1941 et 1943. Il n’eut pas l’occasion d’en conserver la moindre esquisse, dessin ou essai !
Heureusement, il subsiste une épreuve collective et deux épreuves rectifiées à l’encre de Chine blanche de la série « Armoiries » de 1945.

Suivent alors un ensemble très représentatif des dessins originaux et des épreuves des séries « Armoiries de ville » des années 1946 et 1947 ainsi que des séries « Exportations belges » de 1948.

Voilà donc un scoop vraiment non dévoilé à ce jour que nous aurons le plaisir de vous présenter concrètement lors de notre prochaine vente publique en tout début de l’année 2007.
 



Exportations Belges - Métallurgie
crayonné et encre de Chine blanche



Armoiries de Villes II - 1947
crayonné avec volet



news prÈcÈdenteVotre news news suivante